Chères abonnées, amies, vous qui passez me voir...

Il y a presque deux mois et demi que je ne suis pas venue ici. Il est difficile pour moi d'en expliquer les raisons aujourd'hui...

Quelqu'un m'a dit un jour que mon blog était mon outil de travail, ma carte de visite. C'est pourquoi il a été soigné et travaillé en ce sens: 4 photos par article, des explications précises et peu de choses sur ma vie privée. Je viens vers vous en oubliant ces conseils car j'ai décidé après mûres réfléxions de vous dire ce qui ne va pas...

Il y a un an, à notre retour de vacances fin juillet; alors que nous avions passés des moments très agréables en famille, j'ai craqué. Les larmes se sont mises à couler, j'étais dans l'imposssibilité de me lever. Je n'ai pas compris, je n'ai rien vu venir et il n'y avait aucune raison apparente. Incapable de m'occuper de la maison, des enfants, une étrange sensation de flotter au dessus de mon corps et de m'observer sans pouvoir intervenir.

Le verdict est vite tombé: dépression, médicaments, psycho-thérapie.

J'avais du mal à sortir de chez moi. J'allais chercher ma fille à l'école en voiture en fermant les portes pour ne voir et ne parler à personne. Je ne répondais presque plus au téléphone; un renfermement complet sur moi même.

J'ai été beaucoup aidée, par ma famille, par des amis. C'est dans ces moments là que l'on reconnaît la valeur des personnes qui vous entourent. J'avais peur de lasser, mais certaines personnes m'ont tenue la main avec beaucoup de patience et je les en remercie du fond du coeur.

Plusieurs fois j'ai demandé au psychiatre qui me suivait si j'étais folle, il m'a assuré que non mais en même temps, était-ce à lui de répondre ???

La thérapie faisait son effet, jusqu'à un jour où il a dit quelque chose qui ne m'a pas plu et où j'ai décidé d'arrêter de le voir. Mon médecin m'a donné les coordonnées d'un autre psychiatre mais j'ai eu la désagréable sensation de retourner en arrière et j'ai replongé.

J'ai fêté les un an de ma dépression le 26 juillet, en levant mon verre et en me jurant que j'allais lui faire sa fête et que j'allais m'en sortir.

J'ai demandé à mon médecin de diminuer mes doses. Je vous assure que j'ai eu l'impression de devenir cinglée: c'est fou ce qu'un médicament peut avoir comme emprise sur votre corps! Mais je me suis battue, et même si je reste encore plusieurs mois avec ce traitement eh bien au moins j'ai la sensation d'avoir gagné une bataille.

Je ne vais pas rentrer dans les détails de la cause de tout ceci:  je dirai simplement qu'il y a eu la goutte d'eau...

Je suis trop gentille, certaines personnes le savaient très bien et en ont profité. Elles m'ont fait du mal; beaucoup même. De la famille, des amis, des proches... des gens qui comptaient énormément pour moi.

Après une longue période de vide, je veux me reconstruire en ne m'entourant que de personnes "saines"...

Et le blog??? Je ne sais pas. Je sens qu'une page est en train de se tourner dans ma vie et que cette fin d'année sera marquée de changements mais je n'ai pas encore trouvé toutes les réponses à mes questions. 

Je suis en train de travailler sur 3 projets pour le prochain numéro de "Réalisations au point de croix", ils auraient déjà dû être finis, je suis en retard !!!

J'ai commencé cet article avec la boule au ventre. Je le termine avec une sensation de légèreté. Je me sens mieux d'avoir dévoilé ici des choses intimes sur ma vie.

Pour finir, je vous remercie d'être là, tout simplement ...

Véronique